Une première en Aveyron et en France. Grâce à SoliHa des locataires d’un immeuble social vont bénéficier de l’énergie de panneaux solaires posés sur leur toiture pour réduire leurs factures.

C’est une première en Aveyron mais aussi en France et on la doit à SoliHa (Solidaires pour l’habitat) qui a recouvert un logement social, à Onet-le-Château, de panneaux photovoltaïques afin d’en faire profiter ses locataires qui voient ainsi leur facture d’énergie réduite tout en revendant le surplus à énédis. Au départ, SoliHa affiche plusieurs missions. Tout d’abord, c’est une agence immobilière sociale pour le compte de propriétaires privés. «Elle est la seule de ce type agréée par l’état en Aveyron», insiste Luc Soulié, l’un des responsables de SoliHa.

Insertion

Elle est également chargée d’études et de suivis de chantiers afin de construire ou bien de réhabiliter des logements sociaux pour les collectivités. «Il s’agit de favoriser l’insertion de personnes aux revenus modestes ou en grande précarité à cause de maladies ou d’accidents de la vie via un logement social car, souvent, c’est le logement qui permet de rebondir», confie le même. Dans le département, SoliHa s’occupe à l’heure actuelle de 540 logements locatifs mais elle en rentre une vingtaine de plus chaque année. Enfin, SoliHa est mandatée pour faire réaliser des économies d’énergie à ses locataires. Dans ce cas précis, SoliHa s’est intéressé à un bâtiment d’une vingtaine de logements des années soixante construit par Balard (devenu Point P) pour loger au départ ses salariés. Cet immeuble a été racheté il y a une vingtaine d’années par Pact-Arim, devenu aujourd’hui SoliHa. «Pour le rénover, on avait besoin de refaire la toiture qui était amiantée. Maos comme on s’est aperçu que le toit était bien orienté, on a choisi d’intégrer des panneaux solaires» indique Luc Soulié. Et c’est là que SoliHa profite d’un article de loi qui date de fin mai 2017 et autorise à faire de l’autoconsommation. «On peut consommer l’électricité produite mais on est obligé de revendre le surplus. Une partie est donc mise à disposition gratuitement des locataires ce qui engendre pour eux une baisse énergétique d’environ 30 %. Les factures des locataires sont directement abaissées par Enédis et le reste est racheté par l’opérateur énercop. «Cette opération a nécessité un investissement de 90 000 euros». Une convention signée par énedis, énercop et les locataires validera ce système de répartition dynamique pour une gestion équitable de la production et un équilibre du réseau», explique David Trémolet, le comptable de SoliHa.

Pas d’électricité

Cette opération permet aussi de s’acquitter de l’électricité des communs ce qui engendre également une diminution des charges pour les locataires. Actuellement les travaux de l’immeuble d’Onet-le-Château sont en passe d’être terminés. Il ne reste plus que les finitions et la peinture des façades. Le raccordement aura lieu début 2019 et un bilan sera réalisé au bout d’une année. «L’idée c’est de proposer des logements attractifs avec un minimum d’électricité à payer», insiste Luc Soulié qui espère «répéter ce genre de projets sur d’autres immeubles que l’on possède en Aveyron d’ici 2022».

Source – La Depeche.fr